Jura-Afrique

Nos partenaires

Jura Afrique collabore étroitement avec des ONGs-partenaires et des communautés locales en les conseillant dans la réalisation de leurs projets de développement. Elle soutient les populations indifféremment de leur ethnie et de leur culture, dans divers domaines.

Les ONG partenaires du sud

Jura-Afrique Bénin

Jura-Afrique Bénin est à la fois la plus ancienne et la plus récente des trois ONG partenaires. En effet, enregistrée comme organisation non-gouver­ne­mentale régie par la lé­gis­la­tion béninoise, sa création a simplement donné une identité juridique locale, indépen­dante de l’organisation mère, à l’entité qui a géré sur place les activités de Jura-Afrique de 1992 – fin 2007.

L’approche d’intervention de Jura-Afrique Bénin est calquée sur l’entière adhésion des populations bénéficiaires aux programmes. C’est une démarche participative qui implique toutes les couches sociopolitiques, culturelles et administratives des localités touchées. Les populations bénéficiaires sont alors les principaux acteurs et maîtres d’ouvrage à tous les niveaux et étapes du processus de développement. Ce qui permet de modeler elles-mêmes leur vie et leur environnement de façon durable. Cette stratégie d’intervention favorise la pérennisation des acquis.

Pour ce qui concerne les cibles, Jura-Afrique Bénin accorde une grande priorité aux couches vulnérables pour lesquelles les pesanteurs socioculturelles constituent un frein à l’épanouissement et au développement. Il s’agit surtout des Organisations Paysannes, des groupements de femmes (GF) et des jeunes.

Ti Toua

Ti Toua, littéralement « œuvrons » en langue Naténi, est une ONG communautaire créée dans les années 90 par la Commission Nationale de Linguistique Naténi comme branche de l’instititution chargée de l’alphabétisation de toute la communauté. Elle est localisée à Tanguiéta dans le Département de l’Atacora.

Les activités de l’ONG s’étendent aux communes de Cobly, Materi, Toucountouna, Natitingou et Kouandé, dans l’aire culturelle de la communauté Natimba. L’alphabétisation inscrite au premier rang des missions de l’ONG vise l’épanouissement et le développement des communautés à la base sur tous les plans. C’est pourquoi l’ONG Ti Toua intervient dans le domaine de l’éducation des adultes.

Potal Men

Organisation identitaire peulh, l’histoire de l’ONG remonte au prog­ramme d’al­phabétisa­tion et de post-alphabétisation initié en 1992 par la coopération technique au développement allemande (GTZ). Celui-ci arrivant à ter­me en février 1998, les alphabétisés en langue fulfulde ont pris en 1997 l’initiative de se constituer en ONG pour assurer sa continuation. Ils ont obtenu l’appui des autorités traditionnelles et réussi à convaincre les éducateurs peulh en­ga­gés et formés par la GTZ à se joindre pour con­stituer l’équipe technique.

L’assemblée générale qui rassemble régu­lière­ment, au moins une fois par an, entre 500 – 600 personnes est un forum de débats in­ten­ses pour décider des orientations de l’ONG.  Dans chaque commune de la zone d’inter­vention il existe un comité Pinal Men (« notre réveil ») composés d’alpha­bétisés. Ces co­mités étab­lissent et surveillent le programme d’action, formant ainsi la cheville ouvrière communale de Potal Men. Ils sont très dynamiques et leurs mem­bres respectés. Les centres d’alpha­bé­tisation et de post-alphabétisation sont également gé­rés par un comité, le Walde Jangoobe (« groupement des apprenants »). Les maîtres d’al­pha­bétisation, les animateurs des centres et les membres de l’équipe technique de Potal Men sont intégrés dans la vie des Peulh et jouissent de la considération de la communauté. Mais la preuve la plus éclatante de l’en­racinement populaire de Potal Men est le rôle important joué par les con­tri­butions financières apportées par les collectivités locales pour financer les acti­vit­és d’al­pha­bétisa­tion. Aucun centre n’est ouvert avant qu’une certaine somme ne soit réunie. Ces contributions repré­sentent une part importante des ressources financières de l’ONG.

Jusqu'à ce jour, plus de 15'000 personnes ont été sorties de l’illettrisme dans plusieurs communes du Nord Bénin.  L’approche d’alphabétisation utilisée a trouvé de correspondance dans la mentalité des apprenants et apprenantes. Dans le souci d’élaborer un contenu de formation  en adéquation avec les besoins réels des communautés l’approche Reflect a été adoptée à partir de 2014.