Jura-Afrique

Région d'intervention

Les activités de Jura-Afrique sont localisées au nord du Bénin dans les départements de l’Atacora et le Donga. Cette partie ex­centrique du Bénin se signale par une population multiethnique et une topographie modelée par l’Atacora, la chaî­ne montagneuse la plus haute du pays qui coupe le territoire en deux du nord au sud. 

Au sujet de l'Atacora et de la Donga

Situé dans le Nord-Ouest du Bénin, les départements de l’Atacora et de la Donga sont limités au Sud par le département des Collines ; à l’Est par les départements du Borgou et de l’Alibori ; à l’Ouest par la République du Togo et au nord par la République du Burkina Faso. Cette région est caractérisée par un climat de type soudano-guinéen avec une saison sèche qui s’étend d’octobre à avril et une saison des pluies qui s’étend d’octobre à mai. Les Départements de l’Atacora et de la Donga sont traversés par des cours d’eaux dont les plus importants sont la Pendjari se déversant au Togo, le Mékrou et l’Alibori  se versant dans le  fleuve Niger. L’Atacora et la Donga comptent, de façon administrative, treize (13) communes  subdivisées en  soixante treize  (73) arrondissements qui à leur tour sont composés de cinq cent soixante (565) villages et quartiers de ville. La population de la commune de Tanguiéta, d’environ cinquante mille habitants, est caractérisée par une multiplicité d’ethnies : Gourmantché, Berba, Natemba, Waama, Betammaribè, Peulh, Mossi, Yoruba, Bariba, etc. La population est très jeune, avec plus de 80% de personnes âgées de moins de 40 ans.

Les activités économiques de la région

Les principales activités économiques sont l’agriculture caractérisée par la culture extensive de céréales et le petit commerce, surtout pour la ville de Tanguiéta. En général, les pratiques agricoles sont de type traditionnel avec l’utilisation des moyens, pour la plupart, archaïques. Les rendements sont faibles et exposent les populations à des périodes parfois difficiles, surtout pour les enfants.

L'exode rural

Finalement, relevons qu'un exode rural très important touche les jeunes de cette zone qui partent vers d’autres régions du Bénin (Départements du Borgou et du Zou), vers le Nigéria, le Ghana et la Côte-d’Ivoire. Les principales raisons sont la recherche de terres fertiles et du travail salarié en vue d’obtenir les moyens financiers nécessaires pour l’acquisition de certains équipements de première nécessité (vélo, poste de radio, moulin à maïs, tôle ondulée, moto, etc.).